En Provence, après un mois de janvier particulièrement doux, le temps était printanier ce lundi 2 février : 15 ou 16°. En fin d’après-midi, la température était devenue négative. Le mistral (vent du nord) se leva et le thermomètre afficha moins 11°.

Cela dura 48 heures. Les oliviers, dont l’activité végétative avait repris fin janvier, furent tous « brûlés ».

Les oléiculteurs furent découragés. Une procédure de classement en catastrophe naturelle fut ouverte pour toute la région. Les dégâts semblaient irrémédiables : on devait reconstituer les oliveraies.

Sous la pression des producteurs, on adopta dans l’été, une loi qui prévoyait des primes à l’arrachage et des encouragements à la replantation.

On estime à 80 % les oliviers qui alimentèrent les cheminées.

En mars 1957, un an après, toutes les souches des arbres coupés s’ornaient de jeunes pousses !

Les oliviers non arrachés repartirent dans la plupart des cas et donnèrent une belle récolte quelques années plus tard.

Trop tard ! Le mal était fait : la filière était sinistrée : oléiculteurs, moulins mais aussi transporteurs, négociants, tonneliers...

Un pan entier de l’économie agricole du Midi venait de s’écrouler !

L’Espagne et l’Italie, peu touchées par ce grand froid, en profitèrent pour prendre les marchés.

Suite à ce désastre climatique, certains optèrent pour la plantation de la vigne, plus contraignante au quotidien, mais moins aléatoire dans le temps.

Un pied de vigne produit des fruits au bout de 3 ans, un olivier 12 ans ! Et il convient d’attendre une autre douzaine d’années pour que la récolte produise pleinement, et durera 100 ans et plus.

L’Ardèche fût fortement touché par cet épisode glacial, et de nombreuses oliveraies furent arrachées et remplacées par de la vigne.


EN 2010 EN ARDÈCHE


Actuellement, c'est le retour en force de la culture de l'olive et la production ardéchoise a triplé en 15 ans !

007__3_

En 2009, 93 tonnes d'huile d'olive ont été produites en Ardèche par environ 400 exploitants, à partir d'un verger de 60 000 oliviers répartis sur 220 hectares.

Il faut entre 5 et 6 kilos d'olives pour obtenir 1 litre d'huile.